Exercice de sûreté nucléaire et de sécurité civile des 27 et 28 mars 2018

 
 

N° 31 - édition spéciale  |  23 mars 2018

Visuel CNPE Golfech

Les 27 et 28 mars 2018, les pouvoirs publics et EDFÉlectricité de France organisent, sous la coordination de la préfecture de Tarn-et-Garonne, un exercice de sécurité d'ampleur nationale avec la centrale nucléaire de Golfech.

Les exercices représentent un moment essentiel dans l'activité de chacun des acteurs locaux de la sûreté nucléaire.

Nicolas Brouzeng, directeur du centre nucléaire de production d'électricité (CNPEcentre nucléaire de production d'électricité) de Golfech, Pierre Besnard, préfet de Tarn-et-Garonne, Hermine Durand, cheffe de la subdivision territoriale de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) de Bordeaux et Mathieu Albugues, président délégué de la commission locale d'information (CLI) de la centrale de Golfech, s'expriment dans ce numéro spécial de la lettre de l'Etat en Tarn-et-Garonne.


 

Les exercices et les entraînements contribuent à l’amélioration continue de la sûreté nucléaire

Parce qu’une organisation de crise testée régulièrement est plus efficace, les exercices de simulation sont des moments essentiels. Ils permettent d’assurer le bon fonctionnement de l’organisation et contribuent à son amélioration continue.

En cas d’accident nucléaire, une organisation de crise interne au Centre Nucléaire de Production d’Electricité (CNPEcentre nucléaire de production d'électricité) est immédiatement mise en place. Il s’agit du Plan d’urgence interne (PUI).

Destiné à maîtriser la situation technique et à limiter les conséquences de l’évènement sur l’environnement, ce plan comprend également la mise en place de moyens d’information des pouvoirs publics et des médias. Il mobilise le personnel d’astreinte de la centrale (environ 70 personnes) dans un délai inférieur à une heure. Cette organisation est active en permanence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et ce en complément des équipes de pilotage des unités de production et de la protection du site présentes 365 jours par an.

> en savoir plus


 

S'entraîner régulièrement pour tester et améliorer les mesures de protection au profit de la population

La gestion d'une situation d'urgence nucléaire, parce qu'elle est susceptible d'affecter plusieurs domaines de la vie de la société, exige une réponse globale des pouvoirs publics, coordonnée par l'Etat. Au niveau départemental, c'est le préfet, garant de la protection des populations, qui met en oeuvre le plan particulier d'intervention (PPIPlan particulier d'intervention) de la centrale de Golfech pour protéger les personnes et l'environnement en cas d'accident nucléaire dépassant les limites de la centrale.

En cas d’accident nucléaire, la centrale nucléaire de Golfech déclenche le Plan d’urgence interne (PUI) pour limiter le sinistre et éviter qu'il ne dépasse l'enceinte du site.

Si les conséquences dépassent l'enceinte de la centrale, une organisation de crise départementale se met en place à la préfecture de Tarn-et-Garonne afin d'assurer le premier niveau de réponse avant l'activation des dispositifs nationaux de gestion de crise (cellule interministérielle de crise).

Le préfet de Tarn-et-Garonne devient le directeur des opérations de secours et coordonne l'action des différents services pour les trois départements concernés : Gers, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne. Il décide, sur les recommandations de l’autorité de sûreté nucléaire (ASN), des mesures de protection de la population qui doivent être mises en oeuvre : il peut s'agir selon les situations de la mise à l’abri, de l’évacuation, de l’ingestion de comprimés d’iode.

> en savoir plus


 

Le rôle de l’Autorité de sûreté nucléaire, gendarme du nucléaire, en cas de situation d’urgence à la centrale de Golfech

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est une autorité administrative indépendante qui assure, au nom de l’État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection, pour protéger les personnes et l’environnement des risques liés aux activités nucléaires civiles.

L’ASN dispose de onze divisions territoriales. La division de Bordeaux est en charge du contrôle des activités nucléaires dans le Sud-Ouest de la France, notamment des centrales nucléaires de Golfech (82), de Civaux (86) et du Blayais (33). Ses neuf inspecteurs de la sûreté nucléaire réalisent chaque année sur chaque site une vingtaine d’inspections, dont les conclusions sont ensuite publiées sur le site internet de l’ASN www.asn.fr. Les inspecteurs sont également chargés d’instruire les événements significatifs déclarés par les exploitants des centrales et de contrôler le bon déroulement des arrêts programmés des réacteurs pour maintenance et rechargement du combustible.

En cas de situation d’urgence sur une centrale nucléaire, l’ASN décline ses missions au travers de quatre axes majeurs :

  • s’assurer du bien-fondé des dispositions prises par l’exploitant ;
  • apporter son conseil au Gouvernement et au préfet du département concerné ;
  • participer à la diffusion de l’information ;
  • assurer la fonction d’autorité compétente dans le cadre des conventions internationales.

> en savoir plus


 

La commission locale d’information (CLI) auprès du CNPE de Golfech

Instance de réflexion, de dialogue, de concertation et de proposition

La CLI est chargée d’une mission générale de suivi, d’information et de concertation, en matière de sûreté nucléaire de radioprotection et d’impact des activités nucléaires sur les personnes et l’environnement. Elle assure une large diffusion des résultats de ses travaux sous forme accessible au plus grand nombre. (Article L125-17 du Code de l’Environnement)

.

De plus, elle se tient à l’écoute et à la disposition des maires et des populations se trouvant en zone PPIPlan particulier d'intervention, et au-delà si nécessaire.

Dans le cadre de cet exercice national, la CLI participe activement aux côtés de la Préfecture de Tarn-et-Garonne, du CNPEcentre nucléaire de production d'électricité de Golfech, de l’ASN et de l’IRSN, aux diverses réunions et groupes de travail ainsi qu’à l’exercice prévu les 27 et 28 mars prochains en tant qu’observateur et ce, dans un souci de mener à bien ses missions légales