Communiqués de presse

Sécurité dans les piscines privées

 
 

Alors même que la saison estivale n'a pas débuté, deux accidents en ce mois de juin dans notre département viennent nous rappeler combien il est nécessaire de redoubler de vigilance lorsqu'on est propriétaire d'une piscine privée.

La loi du 3 janvier 2003 relative à la sécurité des piscines prévoit pour les piscines privées, qu’elles soient nouvellement construites ou existantes, l’installation d’un dispositif de sécurité visant à prévenir les risques de noyade, notamment de jeunes enfants.

Sont concernées les piscines privées à usage individuel ou collectif (c’est-à-dire les piscines familiales ou réservées à des résidents, les piscines des centres et clubs de vacances, des hôtels, des gîtes ruraux, des campings, etc.) de plein air, dont le bassin est enterré ou semi-enterré.

Quatre dispositifs permettent de satisfaire aux exigences, législative et réglementaire : les barrières de protection, les couvertures, les abris et les alarmes. Au moins un de ces dispositifs doit équiper chaque piscine privé.

Le moyen pour les propriétaires de s’assurer que les matériels, qu’ils acquièrent ou font installer, respectent ces exigences est de vérifier qu’ils sont conformes aux normes homologuées.

Il est rappelé qu’un dispositif de sécurité ne remplace en aucun cas la vigilance des adultes responsables, lesquels doivent exercer une surveillance constante et active. Lors de la baignade et autour de la piscine, il est vivement conseillé d’équiper les jeunes enfants de dispositifs de flottement (bouée adaptée ; brassards ; maillots flotteurs...).

Il ne faut jamais laisser un jeune enfant accéder seul à une piscine, ni l’y laisser seul ou le quitter des yeux, même quelques instants.