Communiqués de presse

Démantèlement de la lande de Calais - Accueil de migrants en Tarn-et-Garonne

 
 

Jeudi 27 octobre, onze migrants de nationalité soudanaise ont été accueillis au centre d'accueil et d'orientation (CAO) de Bruniquel.

Accueillir ces personnes fuyant les guerres et les persécutions, c'est avant tout répondre à un objectif humanitaire, celui de leur mise à l’abri.

Cette mise à l'abri temporaire est prévue pour un délai de trois mois maximum. Elle doit permettre aux acteurs associatifs d'aider les migrants qui le peuvent à constituer un dossier de demande d'asile. Il sera procédé ensuite à leur réorientation dans le dispositif d'hébergement déjà existant à l’échelon national, dédié aux demandes d'asile (Centres d'accueil de demandeurs d'asile - CADA).

Le CAO de Bruniquel est géré par l’« Union départementale des associations familiales » (UDAF) de Tarn-et-Garonne, association dont les compétences sont avérées en matière d’accompagnement des personnes. L’Etat assure le financement des structures provisoires que constituent les CAO. L’UDAF propose en outre, avec l’appui de l’ensemble des partenaires spécialisés, un soutien juridique, administratif, sanitaire et social aux personnes accueillies sur les deux sites.

Un deuxième CAO à Réalville est opérationnel pour recevoir de nouveaux migrants.

Les associations intervenant à Bruniquel et à Réalville disposent d’une expérience forte en matière d’accueil et d’orientation des migrants depuis la gestion du CAO de Saint-Antonin-Noble-Val qui avait ouvert ses portes de décembre 2015 à mars 2016 dans des conditions très satisfaisantes.

Accueillir ces personnes, qui se trouvaient en situation de grande précarité à Calais, relève de la solidarité nationale. Comme tous les départements, le Tarn-et-Garonne doit répondre à cet impératif.