Communiqués de presse

Abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central

 
 

Abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central au 1er juillet 2018

Depuis le dimanche 1er juillet 2018, le décret n°2018-487 du 15 juin 2018 relatif aux vitesses maximales autorisées (VMA) des véhicules sur les routes hors-agglomération est en vigueur partout en France. En abaissant la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires, le Gouvernement entend sauver entre 300 et 400 vies par an et réduire le nombre de personnes blessées, qui était de 73 384 en 2017 (dont 24 732 ont dû être hospitalisées).

Pour mieux comprendre l’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central, la Sécurité Routière vous informe sur http://www.lebureaudecom.fr/securiteroutiere/cp_emailing41_juin2018.html .

Le décret du 15 juin 2018 concerne la totalité du réseau routier circulable de Tarn-et-Garonne (soit près de 10 000 km), à l’exception du réseau autoroutier, qui n’est pas concerné par cette mesure (Rocade de Montauban + A62 et A20).

Dans le département et de façon dérogatoire, quelques tronçons à trois voies des RD820 et RD926 garderont une VMA à 90km/h lorsque 2 voies seront affectées à un sens de circulation (cela représente un linéaire total de 14 km). Pour ces sections spécifiques le gestionnaire routier a mis en place dès aujourd’hui la signalisation nécessaire.

Les radars automatiques implantés sur le réseau où la VMA est passée à 80 km/h ont également bénéficié de la mise en place d’un panneau rappelant la vitesse maximale autorisée afin de ne pas piéger les usagers.

Au total 75 panneaux ont été mis en place dans le cadre de cette opération sur le réseau routier du département, le coût engendré par cette opération étant entièrement supporté par l’État.

Tous ces chiffres ne doivent toutefois pas occulter l’enjeu majeur de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h : sauver des vies. Depuis fin 1970, comme l’illustre l’infographie jointe, 2450 personnes sont décédées sur les routes du département, et malgré la baisse observée ces dernières années, le département conserve une exposition au risque deux fois supérieure aux valeurs nationales. Si les autres départements avaient un bilan comparable au nôtre, nous aurions près de 7 000 tués sur les routes de France (moyenne départementale de 103 tués par million d’habitants).

Des opérations de contrôle seront prochainement menées pour sensibiliser avec pédagogie les automobilistes du département à cette nouvelle mesure.